Accueil > ARCHIVES > F l a s h i n f o 8 mars 2012

F l a s h i n f o 8 mars 2012

jeudi 8 mars 2012

Campagne BDS : ne soyons pas complices, agissons ici

Israël prive les Palestiniens de leurs droits fondamentaux, les habitants de Gaza subissent un blocus impitoyable, la colonisation s’accélère à Jérusalem Est et en Cisjordanie, les manifestations pacifiques et la résistance populaire non violente sont violemment réprimées, les militants sont arrêtés. Plus que jamais, l’Etat d’Israël bafoue le droit international, les Palestiniens ont un besoin impératif de notre soutien.
La campagne BDS (Boycott, désinvestisement, sanctions) est un moyen pacifique pour chaque citoyen d’agir pour le respect du droit

Rassemblement le samedi 17 mars de 15h30 à 17h00
place des Terrasses de l’Agora
à l’appel du Collectif Palestine Evry Essonne pour :

protester contre l’accord entre ORANGE et l’opérateur israélien
Partner Communications, acteur de la colonisation israélienne
appeler au boycott des fruits et légumes issus de la colonisation israélienne,
et donc du vol des terres et de la confiscation de l’eau

Signez la pétition en ligne pour la rupture de l’accord entre ORANGE et la société Partners Communications.

Pour la libération des prisonniers politiques palestiniens, contre la détention administrative

La détention administrative permet aux autorités israéliennes d’incarcérer sans jugement et sans explication tout citoyen palestinien, pour des périodes de 4 à 6 mois renouvelables indéfiniment. C’est contre cette pratique que se centre aujourd’hui une lutte difficile et courageuse menée par les prisonniers palestiniens. Ils ont besoin de notre soutien.

Vous avez été nombreux-ses à signer sur internet la pétition pour la libération de Khader Adnan, en grève de la faim pendant plus de 60 jours pour demander la levée de sa détention administrative.
Avec plusieurs organisations du Collectif, nous avons écrit au Ministre des Affaires Etrangères, Alain Juppé, pour lui demander d’intervenir dans ce sens.
Khader Adnan a obtenu partiellement satisfaction, le 23 février, avec l’assurance donnée à son avocat par les forces israéliennes que sa détention administrative ne serait pas prolongée au-delà de la période initiale qui se termine le 17 avril prochain (ironie du sort, c’est la date de la journée des prisonniers palestiniens !). Il a de ce fait cessé sa grève de la faim au bout de 66 jours.
Nous continuons à demander sa libération immédiate et devons rester vigilants.

L’association Addameer de soutien aux prisonniers palestiniens et de défense des droits de l’homme, continue d’exiger la libération immédiate et inconditionnelle des 308 autres prisonniers en détention administrative.

Parmi ces détenus, Hana Shalabi, une des prisonnières libérées dans le cadre de l’échange des prisonniers d’octobre dernier, a de nouveau été arrêtée le 16 février dernier, lors d’une opération violente de l’armée israélienne contre sa famille, et placée en détention administrative pour 6 mois. Elle a immédiatement, et donc depuis plus de 20 jours, entamé une grève de la faim illimitée contre cette détention arbitraire. Ses parents de 65 ans ont aussi entamé une grève de la faim.
Pour en savoir plus, lire l’article : Hana Al-​​Shalabi : Je me bats pour ma dignité et la dignité des miens, ainsi que l’article de l’association palestinienne Addammeer de soutien aux prisonniers. Et aussi un article très complet traduit de l’Electronic Intifada.
Pour agir : envoyez des mails pour demander d’intervenir à Alain Juppé, ministre des affaires étrangères et à François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l’homme. Vous pouvez aussi utiliser le formulaire pour l’envoi d’une lettre en anglais aux autorités israéliennes, sur le site de l’association canadienne Samidoun.

Est-il permis de critiquer la poltique de l’Etat d’Israël dans les universités françaises ?

A l’Université Paris 8, l’ENS, l’EHESS de Paris et à l’IEP de Lyon, des colloques et réunions publiques traitant de la question palestinienne ont été interdits.

Le collectif Palestine Paris 8 (collectif d’étudiants) avait organisé les 27 et 28 février un colloque intitulé « Israël, un état d’apartheid ? »
Le Président de Paris 8 avait approuvé la tenue de ce colloque dans les locaux de l’Université. Or, ce dernier, sous la pression du CRIF, a fait volte-face peu avant la tenue de l’évènement, allant même jusqu’à fermer l’Université pendant ces deux jours.
Quelque 200 universitaires nationaux et internationaux ont fait part au Président de Paris 8 de leur consternation et de leur inquiétude : l’indépendance de l’Université et sa fonction d’enseigner la liberté d’expression sont mises à mal par les pressions politiques.

Lire également l’article de Jacques Fontaine

Violente répression contre la résistance populaire en Cisjordanie
A Beit Ommar, raids nocturnes de l’armée et arrestations d’adolescents

Ville située entre Bethléem et Hébron, Beit Ommar lutte contre les colonies voisines et les projets de confiscation de ses terres par les projet d’extension du mur et de la route 60. Nous vous avions déjà fait part dans le dernier "Flash Info" de la violence de la répression : incursions de l’armée, agressions par des colons, arrestations... Depuis quelques semaines, la répression devient quotidienne et massive. Voici la chronique des deux derniers jours.

Dans la nuit du 6 mars, à 2 h du matin, les Renseignements et les Forces d’occupation Israéliennes ont organisé un raid dans la ville de Beit Ommar, ont saccagé des maisons et ont arrêté 3 adolescents : Basel Abu Maria, 16 ans, Moataz Khalid Awad, 18 ans et son frère, Aish Khalid Awad, 16 ans. Le lieu de leur détention est inconnu.
Plus tard dans la journée, une dizaine de soldats lourdement armés ont pénétré à nouveau la ville et terrorisé les élèves de l’école élémentaire de filles Alzahra ainsi que les habitants voisins. Ils les ont attaqué avec des gaz lacrymogènes et bombes sonores. Résultat : une dizaine de blessés par inhalation parmi les fillettes et les habitants. Après cette attaque brutale, les Forces d’occupation ont fermé l’entrée principale de la ville et interdit aux habitants d’entrer et de sortir.

Mercredi 7 mars, les soldats israéliens sont entrés à nouveau dans le village de Beit Ommar. Les soldats ont commencé par fouiller les maisons et inspecter plusieurs voitures garées dans les environs. Puis ils ont choisi une voiture appartenant à l‘un des plus anciens militants non violent du village. Un des soldats a cassé la vitre de la voiture avec son fusil, envoyé une bombe assourdissante et ouvert le coffre, fouillé par d’autres soldats. Ils ont ensuite attaché le véhicule à leur jeep et l’on emmené au poste de surveillance militaire à l’entrée du village. Puis ils l’ont transporté dans un lieu inconnu et la détiennent encore.
Plus tard, à 3 h 30 du matin, les Forces d’occupation israéliennes ont à nouveau organisé un raid dans le village et arrêté Zain Hisham Khaleel Abu Maria, 15 ans,Said Imad Soleibi, 15 ans et Sami Amer Abu Jouda, 16 ans. À l’heure qu’il est, aucun des 6 adolescents, arrêtés les 6 et 7 mars, n’a été relâché.

Ces raids nocturnes font partie des terreurs quotidiennes subies par les Palestiniens vivant sous occupation. Les soldats israéliens pénètrent le village de Beit Ommar à peu près toutes les nuits pour procéder à des arrestations. À ce jour, plus de 50 personnes ont été arrêtés pendant ces raids, depuis le début de l’année.
Plus de détails sur le site de Palestine Solidarity Project.

... et à Bil’in...

Au cours de la manifestation hebdomadaire du vendredi à Bil’in contre la colonisation et la construction du mur, nous avons appris qu’Abdallah Abu Rahma, coordinateur du Comité Populaire contre le mur, avait été blessé à la jambe d’une balle tirée par les soldats israéliens.
Nous connaissons bien Abdallah Abu Rahma que nous avions reçu à Evry le 13 mai dernier à l’occasion d’un meeting sur la résistance populaire non violente en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.
Les nouvelles qu’il nous a envoyées sont rassurantes sur son état de santé, cet événement témoigne de la violence de la répression contre les manifestations de la résistance populaire non armée.

Amnesty se mobilise pour la libération de Bassem Tamimi, dirigeant de la résistance populaire non violente à Nabi Saleh

Cela va faire bientôt un an que Bassem Tamim (44 ans, marié, 4 enfants), dirigeant de la résistance populaire non armée de Nabi Saleh a été arrêté. Il est toujours détenu pendant que son procès continue.
A lire (pour le moment en Anglais...) sur le site d’Amnesty International.

Chroniques de Palestine, dernières nouvelles de Gaza

A regarder, les photos de Anne Paq sur la pénurie de carburant dans la Bande de Gaza.

et une vidéo de la dernière manifestation pour protester contre la "zone tampon".

ADHEREZ A EVRY PALESTINE OU RENOUVELEZ VOTRE ADHESION

C’est vous, adhérents et sympathisants, qui faites la force d’Evry Palestine.Vous êtes déjà adhérent-e ? Pensez à renouveler votre adhésion ! Vous êtes sympathisant-e et vous appréciez nos actions ? C’est le moment de faire un pas de plus, pour participer plus régulièrement à nos actions ou simplement manifester votre soutien.

Il vous suffit de télécharger le bulletin d’adhésion, et de le renvoyer avec votre règlement à l’adresse d’Evry Palestine (c/o Maison du Monde, 509 patio des Terrasses – 91034 Evry Cedex ), ou de nous le remettre à une prochaine réunion.

Les adhésions et les dons sont les seules ressources de fonctionnement d’Evry Palestine.

CALENDRIER

Du 5 au 31 mars, Studio Casanova à Ivry sur Seine : représentations d’Antigone de Sophocle par le Théâtre National Palestinien et manifestations autour des arts palestiniens – poésie (textes de M. Darwish), photographie, musique (Trio Joubran). Voir le programme complet sur www.theatre-quartiers-ivry.com

Jeudi 15 mars de 14 h à 16 h, Université d’Evry Val d’Essonne : visioconférence de Ziad Medoukh, responsable du département de Français de l’université Al Aqsa de Gaza, intitulée « Le défi de l’économie non violente en Palestine »

Samedi 31 mars de 15 h à 19 h, Maison du Monde Evry : Assemblée Générale d’Evry Palestine, suivie d’un moment convivial autour d’un buffet.

Et toujours, toutes les deux semaines, vous pouvez nous retrouver le samedi de 15h30 à 17h00 place de l’Agora ; prochain rassemblement le 24 mars (sous réserve).


Voir en ligne : http://evrypalestine.org/envois/201...

partager :

Créé en décembre 1988, EVRY PALESTINE constitue l’un des comités locaux de l’Association France Palestine Solidarité. Conformément à la charte de l’AFPS, l’’association soutient le peuple Palestinien dans sa lutte pour la réalisation de ses droits nationaux et agit pour une paix réelle et durable, fondée sur l’application du droit international. lire la suite
2008 - 2018 EVRY PALESTINE - Charte légale | Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | propulsé par SPIP