Accueil > À LIRE / À VOIR / À ÉCOUTER > Du soleil de Gaza au soleil de Paris

Du soleil de Gaza au soleil de Paris

mardi 14 décembre 2021

Palestinienne de Gaza, exilée, Hiyam Bseiso vit à Paris.

Pendant le confinement, lié à la pandémie du Covid en France, et pour que le temps suspendu puisse pourtant être scandé, semaine après semaine, Hiyam Bseiso a commencé à tenir un journal. A sa lecture, on a presque le sentiment de lire un recueil de poèmes, tant son écriture est imprégnée d’images, de métaphores et de souvenirs ineffaçables qui l’accompagnent de très loin.

Est-ce le hasard qui a poussé l’écrivaine à commencer son journal au début du confinement ?
Le confinement impose à la ville et à ses habitants de rester chez soi.
Chez soi, c’est-à-dire dans l’espace étroit d’un appartement.
Chez soi, c’est-à-dire à Paris dans le périmètre autorisé d’une sortie furtive.
Le lecteur pourra trouver le lien entre le confinement Covid 19 et l’occupation.

Avant-propos
J’ai publié un certain nombre de recherches et de nombreux livres littéraires, des histoires courtes et des poèmes. Et pourtant ce livre est peut-être celui qui m’est le plus précieux, celui qui m’a fait découvrir à quelle point l’enfance, le passé, et l’histoire d’un pays sont enracinés au plus profond de chacun de nous. s
Mon pays, la Palestine.
Gaza ma ville ! Beyrouth ma ville ! Paris aussi, je suis la fille de la Palestine, la fille de Gaza, la fille de l’exil et de l’oppression mené ouvertement...
Nous vivons le début de l’épidémie, qui restera sans aucun doute vivant dans notre mémoire pendant des années...
Nous avons dû rester isolés, prisonniers de la maison, dans un espace le plus approprié possible.
Au début du confinement, nous voulions juste comprendre ce qui s’est passé et comment la catastrophe s’est produite et le monde entier s’est arrêté.
Tout le monde devait vivre avec la situation, trouver un moyen de le rendre supportable.
Alors, chaque semaine, j’ai commencé à tenir la chronique de cette étrange période.
Semaine après semaine, l’écriture et le soleil m’on fait tenir et réchauffé le cœur.
Semaine après semaine, enfermée dans mon petit studio, l’espace s’élargit, s’ouvrant sur un autre temps, un autre lieu, celui de mon enfance à Gaza. Le soleil est devenu ma compagne. Il m’a fait voyager, elle m’a porté sur ses ailes de Paris à Gaza et fait rassembler les souvenirs des être et des lieux chers à mon cœur.

C’est le livre d’histoire de ce voyage. Du présent au passé, de Paris à Gaza.

partager :

Dans la même rubrique

Créé en décembre 1988, EVRY PALESTINE constitue l’un des comités locaux de l’Association France Palestine Solidarité. Conformément à la charte de l’AFPS, l’’association soutient le peuple Palestinien dans sa lutte pour la réalisation de ses droits nationaux et agit pour une paix réelle et durable, fondée sur l’application du droit international. lire la suite
2008 - 2022 EVRY PALESTINE - Charte légale | DONNÉES PERSONNELLES | Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | propulsé par SPIP